Modélisation des villes : une nouvelle équation révèle l’importance clé des grandes migrations interurbaines dans les variations de populations

Communiqué de presse Homme et société

Au cœur de l’analyse des systèmes urbains, une question subsiste : comment expliquer l’organisation et la répartition des villes les plus peuplées d’un pays ? Pour y répondre, des chercheurs1 du CEA et du CNRS proposent une nouvelle équation mathématique qui met en exergue l'importance des « chocs migratoires interurbains », mouvements de populations rares mais très significatifs. Cette équation, construite à partir de données du Canada, de France, du Royaume-Uni et des États-Unis, rend compte pour la première fois des variations temporelles des populations urbaines et de leur organisation. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Nature le 18 novembre 2020.

 

Lire le communiqué sur l'espace presse du CNRS

  • 1. Dont Marc Barthelemy, chercheur CEA à l'Institut de Physique Théorique - IPhT (CNRS/CEA)