Rencontres transdisciplinaires technologies et santé

Du
au
A suivre en ligne, sur inscription

Le CNRS, l’Académie nationale de médecine et l’Académie des technologies, en partenariat avec la Fondation de l’Académie des technologies et la Fondation Arts et Métiers, organisent les Rencontres transdisciplinaires technologies et santé.

Ces rencontres se déroulent sur deux jours sous forme de colloques à suivre en ligne sur inscription.

 

Contexte scientifique

Les recherches pluridisciplinaires qui associent les sciences du vivant, la médecine et les technologies ont donné lieu à des développements remarquables et sont porteuses dans les décennies à venir de révolutions technologiques et sociétales.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Académie nationale de médecine et l’Académie des technologies ont souhaité mettre en place des conférences ou journées d’information sur certaines de ces avancées, ouvertes aux spécialistes et chercheurs, mais également au public averti et à la presse. Ces évènements visent à éclairer chaque thème et à souligner son caractère transdisciplinaire.  Ils permettront également de porter la parole des chercheurs auprès du public et le cas échéant d’inciter les décideurs à mettre en place les dispositifs de soutien que ces recherches méritent.

Les premières rencontres porteront sur deux domaines dont les développements récents sont spectaculaires, et qui ont fait l’objet de rapports récents des Académies des technologies et de médecine : le stockage de l’information à l’échelle moléculaire sur ADN comme sur d’autres types de molécules pour l’une, les interactions des machines avec le cerveau pour l’autre.

Ces rencontres transdisciplinaires technologies et santé ont vocation à devenir des rendez-vous réguliers lors desquels pourront être abordés d’autres thématiques d’avenir.

 

Deux chercheuses des laboratoires du CNRS en Île-de-France Sud interviendront le 2 Novembre lors d’une journée dédiée aux « Interfaces cerveau-machine » :

 

  • Valérie Ego-Stengel, Chercheuse CNRS à l’Institut des neurosciences Paris-Saclay - NeuroPSI (CNRS/Université Paris-Saclay) à Gif-sur-Yvette :

Initialement formée en mathématiques et physique, Valerie Ego-Stengel a étudié les systèmes sensoriels et leur plasticité pendant sa thèse au CNRS, puis la mémorisation pendant le sommeil au MIT. Chercheuse à l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (NeuroPSI) à Gif-sur-Yvette depuis 2009, elle s'intéresse aux mécanismes neuronaux mis en jeu lors de l'apprentissage de nouvelles capacités sensorimotrices, en particulier lors de l'utilisation d'une interface cerveau-machine. En parallèle de ses recherches, Valérie enseigne les neurosciences aux étudiants ingénieurs de Paris-Saclay, dans des cursus pluridisciplinaires.

 

  • Laurence Devillers, Professeure Sorbonne Université au Laboratoire d'informatique pour la mécanique et les sciences de l'ingénieur - LIMSI (CNRS) à Orsay :

Laurence Devillers, professeure en IA à la Sorbonne, dirige l’équipe "Dimensions affectives et sociales des interactions parlées" au CNRS-LIMSI. Elle est responsable de la chaire HUMAAINE (Saclay) dont les sujets portent sur l'informatique émotionnelle, le nudge des agents/robots conversationnels et l'éthique. Elle est membre du Comité national pilote éthique du numérique et du Global Partnership on AI depuis juin 2020 sur le futur du travail. Elle est l'auteur de « Des robots et des hommes » (2017), « Les robots émotionnels » (2020) et La souveraineté numérique dans l’après crise (2020).